Übersicht

« Les vieux auraient des larmes aux yeux »

Trente objets de Hiva Oa seront prêtés à un musée prévu sur place. Madame le maire vient de séjourner à Bâle et a visité la collection dans le dépôt. Il y a eu des moments touchants et amusants.

« C'est magnifique ! » La visite se précipite littéralement sur le bijou de doigt de danse. La fine pièce est regardée sous tous les angles. Les visages rayonnent.

Ein Mann und eine Frau stehen an einem weissen Tisch, auf dem braune Holzpaddel liegen. Dahinter ist eine Holzfigur in Kindesgrösse zu sehen. Der Mann im schwarzen T-Shirt hält eine langen Stab in den Händen und lächelt jemanden gegenüber an, den man aber nicht sieht. Die Frau neben ihm in schwarzer Jacke und schwarz-weisser Bluse mit roter Brille lächelt wohl ebenfalls derselben Person zu.

Le maire d'Hiva Oa, Joëlle Frébaut, et son fils Moerani Frébaut

Des choses les plus divers de Hiva Oa – une île des Marquises dans le Pacifique – sont disposé sur trois grands tables. C'est la première fois que le maire d'Hiva Oa, Joëlle Frébaut, son fils Moerani Frébaut et son collaborateur Marc Tarrats les découvrent. 

Depuis bientôt cent ans, quelque 600 objets d'Hiva Oa et des Îles Marquises sont en possession du MKB. Elles ont été apportées à Bâle par Theo Meier et Lucas Staehelin et quelques autres collectionneurs. Un musée est prévu à Hiva Oa, où des objets provenant de Bâle seront également exposés

Sieben Menschen stehen um einen Tisch, auf dem einige bräunliche Dinge liegen. Ein Mann rechts im schwarzen T-Shirt greift sich gerade einen zylinderförmigen Holzgegenstand. Eine Frau in schwarzer Jacke und schwarz-weisser Bluse berührt eine runde Kugel, auf der ein weisser Zettel klebt. Die anderen Personen schauen zu. Ein Mann im grauer Jacke hält einen Block in der einen und einen roten Stift in der anderen Hand.

La délégation d'Hiva Oa et celle du musée échangent leurs connaissances

La délégation de Hiva Oa a séjourné trois jours dans la ville. Elle a parlé de ses projets, a été reçue par la commission du musée ainsi que par le président de la ville de Bâle, Beat Jans, et a visité les objets crées par ses ancêtres dans les réserves du musée sur le Dreispitz.

On sent le passé

« C'est incroyable de voir et de toucher les objets. On sent le passé », dit Joëlle Frébaut. « Ce serait tellement beau si aussi nos proches et les habitants de Hiva Oa puissent les voir. Les anciens auraient sans doute des larmes aux yeux. »

Au début, le maire se montre plutôt réservée. Elle effleure respectueusement des nattes tressées, des chapeaux, des haches en pierre ou des pagaies. Lentement, elle laisse ses doigts se promener sur un grand bol en pierre. Imagine ce qui y a été conservé.

Les originaux

Tandis que son fils, bavardant joyeusement, partage son savoir et son enthousiasme avec la conservatrice Beatrice Voirol et deux chercheurs. Un festival va bientôt avoir lieu chez eux, dit-il, et il s'intéresse donc tout particulièrement aux accessoires de danse. Ce sont donc les originaux, dit-il avec enthousiasme. Et se met à étudier chaque détail.

Mais il a aussi son moment « privé » : plus tard, il met une partie d’un accessoire de danse sur son poignet et le regarde, tout absorbé.

Drei Personen stehen um eine graue Schachtel, in der ein brauner, sichelförmiger Gegenstand liegt. Die Person in der Mitte zeigt mit der rechten Hand in grünem Handschuh auf ein Ende des Dings. Mit der anderen behandschuhten Hand hält sie den Gegenstand in der Mitte auf. Links schaut eine Frau in schwarzer Jacke auf die Hände. Rechts stützt sich ein Mann in schwarzem T-Shirt auf die Kistenwände und schaut ebenfalls auf die Hände in den Handschuhen.

Le moindre détail intéresse et est inspecté.

Il est également un plaisir d'observer comment la mère et le fils ont discuté à voix basse d'une simple pierre ovale peu de temps auparavant. Ils se demandaient à quoi elle servait et comment on la manipulait.

Un diadème en écaille de tortue suscite un grand intérêt chez les visiteurs et fait l'objet d'une longue discussion animée. On se demande si elle appartenait à un enfant.

Il y a tellement des émotions

Une nasse est posée à côté. Joëlle Frébaut plaisante en disant que c'est « son » objet, que c'est elle.

Le maire souligne plus d'une fois à quel point elle est reconnaissante que les choses aient été si bien conservées et préservées. Elle dit : « Il y a tellement d'artisanat, tellement d'art dans tout cela. Et aussi du savoir, de la passion et des émotions. Beaucoup d'habitants actuels de Hiva Oa ne connaissent même plus cela. »

Ein Mann und eine Frau stehen an einem weissen Tisch, auf dem Holzgegenstände und Steinsachen liegen. Sie umfasst mit beiden Händen einen Steingegenstand, schaut aber auf den steinernen Gegenstand, den der Mann links von ihr in der rechten Hand hält. Auch er schaut darauf.

Un moment de calme

Qu'est-ce qui a donc toucher le plus a Joëlle Frébaut ? La figure de tiki ainsi que les accessoires de danse avec les cheveux des ancêtres.

Rire et réfléchir

La mère et le fils rient de bon cœur devant un clou d'oreille provenant d'une dent de cachalot. Apparemment, leurs ancêtres n'auraient pas eu peur des baleines.

Et puis à nouveau un moment de réflexion : tous deux mettent leurs deux mains autour d'une tête en pierre volcanique. Ils se taisent.