Initiative Bénin en Suisse : recherche et dialogue avec le Nigeria

Huit musées suisses se sont réunis dans le cadre d’un projet de collaboration qui vise à faire ensemble des recherches sur les origines coloniales de leurs collections provenant du royaume du Bénin, dans l’actuel Nigeria. L’objectif de cette initiative est de créer de la transparence pour la recherche et de mener un dialogue ouvert avec le Nigeria, pays d’origine des œuvres.

Le royaume du Bénin, dans l’actuel Nigeria, fut attaqué par les troupes coloniales britanniques en 1897.  Celles-ci détruisirent le palais du roi, le pillèrent et confisquèrent environ 4000 œuvres. Par le biais du commerce de l’art, ces objets se retrouvèrent ensuite dans des collections privées et publiques du monde entier, sous le nom de « bronzes du Bénin ».

Dans le cas d’objets acquis par les musées à l’époque coloniale, l’objectif est de clarifier si ces objets ont été confisqués dans le cadre de ladite « expédition punitive » des Britanniques, ou s’ils se sont retrouvés sur le marché international de l’art par d’autres voies. Concernant les œuvres qui ne sont arrivées en Suisse qu’après l’indépendance du Nigeria (1960), il s’agit de déterminer, si elles sont malgré tout liées à l’« expédition punitive » ou si elles ont été fabriquées plus tard.

Les musées suivants participent au projet : Bernisches Historisches Museum, Historisches und Völkerkundemuseum St. Gallen, Musée d’Ethnographie de la Ville de Genève, Musée d’Ethnographie de Neuchâtel, Museum der Kulturen Basel, Museum Rietberg der Stadt Zürich, Museum Schloss Burgdorf, Völkerkundemuseum der Universität Zürich. Les collections de ces musées comptent aujourd’hui près de 100œuvres provenant du royaume du Bénin.

Reconstruire les parcours
Afin de retracer les parcours des différents objets du royaume du Bénin et de l’actuel Nigeria jusqu’à leur intégration dans les collections des musées suisses, le projet emploie une chercheuse suisse et une chercheuse nigériane, spécialisées en recherche de provenance. Des recherches dans les archives des musées et du commerce de l’art en Europe et en Afrique, ainsi que la prise en compte de l’histoire orale (oral history) des guildes d’artisans et des sociétés palatiales de Benin City (dans l’actuel État nigérian d’Edo) permettront de reconstituer la biographie des objets et les transactions qui les ont conduits en Suisse.

Ce projet de collaboration, qui se concentre sur la recherche – par le biais de réseaux et de coopérations – de la provenance des fonds du royaume du Bénin, est financé par l’Office fédéral de la culture (OFC) à hauteur de 100 000 francs en 2021-2022.

 

Objectif de l’initiative
Même si les musées suisses n’ont jusqu’à présent reçu aucune demande de restitution, il est important qu’ils assument eux-mêmes leur responsabilité et entament des recherches et un dialogue sur le patrimoine culturel sensible. Outre la recherche sur les réseaux des musées, du commerce de l’art à l’époque coloniale et des collectionneuses et collectionneurs, les objectifs de l’initiative comprennent aussi la mise en réseau et l’établissement de partenariats et de coopérations avec les musées nigérians et avec le Palais royal de Benin City. Le dialogue a pour but de créer une base pour la gestion future des œuvres du Bénin et de leur histoire.

Les résultats de la recherche seront résumés dans un rapport en langue allemande, anglaise et française qui sera publié en Suisse et au Nigeria. La plateforme en ligne digitalbenin.org présentera publiquement les résultats relatifs aux différents objets. En outre, des ateliers, congrès et expositions sont prévus dans les musées participants.

Vous trouverez plus d’informations sur l’initiative Bénin en Suisse dans le communiqué de presse.